17 AU 20 MARS - 16H à 17H45

Le festival renoue avec l’événement qui a fait le succès de l’édition 2019 : une projection à la cathédrale Saint- Etienne. Cette année, des images de la NASA, captées par Hubble et SDO, seront projetées sur un écran géant.

« Soleil, l’ Art thermonucléaire »

La lumière et de l’énergie traversent sans cesse le vivant, afin de maintenir la vie sur la terre, le soleil nous envoie un flot constant de particules appelées «vent solaire», parfois ce vent jaillit comme un nuage géant chargé de matière en fusion, ce sont les irruptions solaires. Ces événements peuvent aussi affecter notre environnement et aller jusqu’aux limites extrêmes de notre système solaire. Dans cette vidéo, capturée par l’observatoire solaire SDO, nous voyons tous lesdétails de la surface solaire en ultra-haute définition, nous découvrons dans des détails extraordinaires, la danse de feu de l’étoile qui nous donne la vie, nous offrant ici une vue très proche des forces immenses qui gouvernent le système solaire.

Capture d’écran 2021-03-11 à 21.45.38.pn

PROJECTION EN CONTINU DE 16H À 17H45

DU 17 AU 20 MARS

EN PARTENARIAT AVEC LA NASA

ACCES LIBRE

19 MARS 19H30

Nous proposerons la projection du film de Pierre Barnérias au cinéma Kinépolis du Kirchberg suivie d’une rencontre avec le réalisateur :

« Thanatos, l’ultime Passage »

Les EMI ou expériences de mort imminente sont les voyages extra-corporels dont témoignent de nombreux personnes. Ce documentaire part à leur rencontre, et dresse, en parallèle avec la médecine, une autre définition possible de la finitude. Disparaît-on totalement quand notre corps s’éteint ou notre conscience poursuit-elle son chemin ailleurs ? Pourtant on estime aujourd’hui à 4% de la population mondiale le nombre de personnes qui aurait vécu l’expérience d’une vie après la mort.

Pierre BARNERIAS

Journaliste de formation, Pierre Barnérias a tout de suite travaillé dans les plus grands médias : d’abord chroniqueur chez Ouest France, c’est en 1996, sur les ondes de RTL2, qu’il va s’imposer comme parangon d’une information positive avec « la bonne nouvelle du jour ».

Toute sa carrière sera ensuite marquée par cette idée que le journalisme n’a pas vocation a être oiseau de mauvaise augure, mais bien média, c’est-à-dire lien entre les hommes et qu’à ce titre, il a son rôle à jouer dans la construction d’un monde plus juste et plus humain.

Ancien grand reporter, pour les chaînes nationales pendant des années, il lance, sur France 2 en 2003, « Graines d’espoir », programme court dressant le portrait d’entrepreneurs sociaux, et « Face à Face », dans lequel les personnalités médiatiques se confient sur leur manière de voir la vie. Là encore, il innove sur la forme en mettant le split screen au goût du jour.

En 2004, il fonde « Flair Production », dont la vocation est de promouvoir l’information des solutions, et propose alors à France 5 « Passeurs d’espoir », une série entièrement consacrée au développement durable. Les sept épisodes remporteront un succès populaire tel qu’ils seront adaptés en anglais et diffusés aux USA. Quelques années plus tard, fort de son expérience télévisuelle, Pierre Barnérias décide de s’intéresser au grand écran et co-fonde « Flair Films ». Il produit notamment « Les yeux ouverts », un documentaire émouvant de F. Chaudier sur les soins palliatifs.

En 2010, une divergence d’opinion sur l’orientation des lignes éditoriales des deux structures pousse Pierre Barnérias à fonder Tprod, plus conforme à ses convictions de citoyen, de producteur et de réalisateur.

Capture d’écran 2021-03-11 à 21.45.23.pn
TROUVEZ LES RÉPONSES À TOUTES VOS QUESTIONS.